Trans’ Alpes, Trans Pyr’ et HRP 2015 : vos retours

Comme chaque année et même un peu en avance, nous ouvrons notre rubrique « Retours » sur vos traversées des Alpes ou des Pyrénées. Plusieurs randonneurs sont déjà rentrés de leur périple et pourront désormais poster leur compte-rendu. Et cette année, ce ne sont sûrement pas les névés qui ont entravé la progression ! La canicule a-t-elle été ressentie en montagne autant que dans certaines régions et aussi longtemps, l’Est par exemple… Bien sûr, nous sommes impatients de lire vos compte-rendus mais prenez votre temps quand même, prenez le temps de débriefer tout ça tranquillement.
Et n’hésitez pas à nous signaler une erreur de descriptif ou un changement d’itinéraire, un défaut de conception du guide ou un manque intolérable (l’absence de coordonnées gps des étapes ne saurait être considérée comme un manque intolérable…). Cela dit, nous apprécions aussi les compliments…
A vos plumes !

PS : vous n’êtes pas obligés d’avoir fait une traversée complète pour vous exprimer !

12 réflexions au sujet de « Trans’ Alpes, Trans Pyr’ et HRP 2015 : vos retours »

  1. Bonjour
    Un grand MERCI pour votre guide TransAlpes, commencé ce mois d’août, jusqu’au Buet.
    Petite remarque: il aurait été judicieux de noter que le refuge de la dent d’Oche ne comprend pas de douches ni d’eau (sauf achat de bouteilles!); pas de douches non plus à la Pierre à Bérard: pour ce dernier, un nouveau gardien, Mathias, jeune jurassien très sympa; repas moyen.
    Très bon souvenir du gite de Grenairon; Patrice garde un bon souvenir de vos passages. Il nous a confié que vous habitez dans le Bas-Rhin… j’habite à Haguenau, et serai ravie de vous rencontrer pour une dédicace!
    Sportivement
    Anne

    • Merci pour les précisions sur l’eau au refuge de la Dent d’Oche et pour les nouvelles de la Pierre à Bérard. Quant à Patrice du Grenairon, je garde moi aussi un excellent souvenir de mes passages mais il s’est un peu fourvoyé sur mon lieu de résidence ; je suis du côté vosgien… Cela dit, l’Alsace et les Vosges vont bientôt avancer main dans la main au sein de la même région… Il faudrait trouver une ville intermédiaire pour la dédicace !
      Bons préparatifs pour la suite de la Trans’ Alpes l’été prochain.

  2. Bonjour Jérôme, bonjour à tous amis montagnards !

    Parti le 26 juin de Banyuls et arrivé à Hendaye le 11 août, j’ai parcouru comme prévu la Transpyr’ de Jérôme Bonneaux en 45 étapes, 45 jours. Mon but était de suivre fidèlement son guide, faisant confiance à son expérience. A 55 ans, je suis un montagnard expérimenté, habitué des Pyrénées, mais n’ayant aucune habitude des Treks au long cours !

    Mes premiers mots iront à Jérôme pour la qualité de son travail. Merci et bravo ! Ce guide fonctionne parfaitement : équilibre et intérêt des étapes, précision du cheminement; en 45 jours aucune  » plantade  » d’orientation, même par mauvais temps.

    J’espère que ce témoignage pourra inspirer de futurs Transpyrénéens. C’est un voyage magnifique dont je rêvais depuis plusieurs années. Ne boudez pas votre plaisir, partez !

    Quelques mots sur mes options: hébergement en refuges gardés et cabanes.Cela rassurait mon épouse, résolvait les problèmes de ravitaillement, participait au soutien du travail des gardiens de refuges, professionnels incontournables de la montagne. Effectuant en grande partie la traversée seul, c’était à mon sens l’option la plus sûre. Certes l’immersion était moins profonde mais ne me paraissait envisageable qu’à plusieurs avec partage du matériel et des provisions.

    Je suis tout de même parti avec duvet et tente par sécurité. Le duvet a servi en cabanes, la tente jamais. Je pensais l’utiliser à Barroude, mais parti de Bielsa, je suis arrivé sur site vers 12h en plein brouillard. Difficile d’envisager passer le reste de la journée dans la mélasse… j’ai donc doublé l’étape jusqu’à la cabane de l’Aguila à 30 mn de la chapelle de Héas ou j’avais réservé pour le lendemain. En l’absence de refuge sur Barroude cette étape est tout à fait faisable. Le dénivelé est conséquent mais les sentiers faciles…surtout après un mois de marche 🙂

    Un mot sur le matériel. Je ne suis pas un MUL, pour autant je conseille de prévilégier l’efficacité et la légèreté. Cela a un coût car le matériel de qualité est cher mais sincèrement sur un périple long cela vaut le coup. De plus c’est un investissement dans le temps : un bon produit dure facilement dix ans. Seul bémol, les chaussures. Mes Sportiva Karakorum neuves sont à ressemeler. Pour le sac, du coup un 50 l suffit. Eau comprise, après m’être délester de 2kg au bout de 10 jours, je tournai à 15 kg maxi. Les crampons n’étaient utiles qu’au col inférieur de Litérole, côté Rémune. Mais attention, année chaude…pour moins de 500g vous avez de quoi traverser les névés en toute sécurité !

    Si vous le permettez quelques notes de voyage :

    – Etape 4. Le tracé rouge et or à partir de Montbolo est bien entretenu. Après la Tour de Batère , au niveau du passage canadien, le sentier rejoignant le col de Cirère est désormais balisé jaune jusqu’au Puig de L’Estelle.

    – Etape 5. Je me suis fais littéralement bouffer par des punaises au refuge de Mariailles. Malchance ou pas , il est bon de prévoir pour la traversée du répulsif et de quoi se soigner. Heureusement pas d’infection des boutons grâce à de l’Homéoplasmine dans ma pharmacie.

    – Etape 9. On ne peux plus traverser le barrage de Lanoux. Passez dessous et filez direct vers la Porteille de LLanos par le vallon.
    Pour la fin d’étape suivre le GR 107C direction L’Hospitalet.

    – Etape 13. Mention spéciale pour la gentillesse des gardiens du gîte de Mounicou.

    – Etape 19. Très beau gîte à Alos d’Isil. Le gardien a tracé un sentier qui évite la descente par la route vers Isil. Le chemin part d’Alos vers les anciens prés du hameau. Il est tracé jaune et monte de 400 m jusqu’au Bordes de Morédo. De là, suivre là piste jusqu’à 1950 m ( parking ou aire de retournement ).A ce niveau prendre sentier bien tracé direction générale W jusqu’au col de Morédo. Descente par sente cairné jusqu’au refuge d’Airoto. Total depuis Isil 3h30′. Ambiance HRP 🙂
    Plus d’eau près de la cabane Pleta Del Duc à la Bonaigua.Cabane pas entretenue,descente en stop refuge de Salardu.

    – Etape 42. peu ou pas d’hébergement aux Aldudes ( auberge de jeunesse fermée ). Appelez la mairie ou l’épicerie pour trouver gîte chez l’habitant. Hôtel St Sylvestre à quelques kilomètres : excellent mais l’étape devient vraiment longue en l’abcsence d’automobilistes compatissants !

    – Etape 43. Gîte incroyable dans hangar de zone d’activité Elizondo : Kortarixar. Propre ,grand, pas de cuisine mais village à deux pas…

    – Etape 44 Danger hébergement ! l’Hôtel Lizuniaga existe bien et est d’excellente qualité mais le numéro de téléphone est faux. De plus il vous met en communication avec un autre hôtel situé je ne sais ou qui prend votre réservation ! imaginez la suite en arrivant à Lizuniaga… le bon numéro est :
    00 34 948 63 10 31.

    Après ces quelques détails, je le répète , magnifique traversée ! Je le savais :)mais c’est confirmé ! la marche est le propre de l’Homme. Je suis arrivé à Hendaye près à continuer et sans ennui particulier ( blessures, tendinites ampoules…)
    Je suis en forme, expérimenté et bien préparé. Néanmoins, Je pense comme Jérôme que cette traversée est accessible à tout bon sportif s’il est encadré par un professionnel ou un montagnard expérimenté. En revanche, j’ai cotoyé durant mon périple des sportifs en excellente condition physique, non montagnards qui ont dû abandonner leur périple en raison de tendinites. La meilleure préparation reste donc…la marche en montagne régulière !

    En espérant vous croiser un jour là haut 🙂 bien à vous tous !
    Jean

    • D’abord, merci pour les compliments sur le topo et tant mieux s’il vous a permis d’éviter les « plantades ».
      Toutes les précisions sur les étapes sont les bienvenues, notamment sur l’étape 19 : nous savons maintenant que l’ancien tracé de la HRP est à nouveau praticable. Par contre, mauvaise nouvelle pour l’eau près de la Pleta del Duc : n’y a-t-il plus d’eau (source) en raison de travaux autour des télésièges tout proches ou la source était-elle exceptionnellement tarie à cause de la canicule ? De même, bravo pour la rectification du numéro de téléphone du petit hôtel Lizuniaga. C’est très sympa de rendre hommage au travail des gardiens de refuge ; les éloges sur le gîte de Mounicou ne nous surprennent plus mais ils font toujours plaisir à leurs destinataires et sont de plus tout à fait justifiés…
      Et enfin, bravo pour cette Trans Pyr’ rondement menée ! Et à l’année prochaine pour votre compte-rendu sur la Trans’ Alpes…

  3. Bonjour à tous

    et merci Jérôme de me donner l’occasion de reprendre la parole. Je pensais avoir déjà trop écrit, mais vous l’avouerez, difficile de tout dire en une fois 🙂
    Pour la Bonaigua, le site était en travaux autour de la réserve d’eau pour les canons à neige. L’ensemble me semble très pertubé par les différents aménagements. De plus l’auberge sur le col était fermée pour  » rafraichissement « ce qui est un comble ! le moins que l’on puisse dire est que le lieu n’est pas propice au rêve et à l’extase montagnarde … l’idéal serait un gîte ouvert un peu plus bas côté Espot au départ du sentier allant vers les Encantats.

    J’en profite pour ajouter quelques impressions. Je suppose que nous partons tous pour les mêmes choses : amour de la la montagne, de la nature, de la vie, soif de découvertes , d’aventure, de liberté…qu’en reste t’il au retour ?
    pour moi, le désir reste intact ! Concernant les Pyrénées, plein d’envies de sommets à encore découvrir, pour le monde…ouah ! il me faudra plusieurs vies bien sûr 🙂 mais maintenant, grâce à Transpyr’, je sais que je peux…beaucoup.

    L’hommage aux gardiens me semble justice. Leur rôle devrait prendre plus d’importance avec une clientèle nouvelle, plus touristique et familiale. La responsabilité d’éducation et de conseils plus grande aussi . En tout cas merci à tous pour leur gentillesse et leur professionnalisme !

    Je veux aussi rendre hommage et remercier tous les compagnons rencontrés. Lucile et Gabriel, mes enfants, qui ont marché huit jours avec moi de Gavarnie à La Pierre St Martin avec une météo difficile. Mon collègue et ami Marc qui a fait valeureusement le Pays Basque en partie dans le brouillard et la pluie comme il se doit ! Et enfin Christian rencontré sur le chemin avec sa fille Adeline. Que de beaux moments partagés ! La montagne aussi le moment passé avec ce berger de 25 ans rencontré en vallée d’Eyne ou celui de 70 ans au dessus de Bielsa qui m’a fait passer au milieu d’une centaine de vaches et m’a appris que son grand père avait fondé le refuge de Viados !

    Enfin tous ces amis montagnards qui accueillent naturellement dans leur groupe pour le repas un compagnon momentanément solitaire. La notion de partage que créé le milieu, voilà bien aussi la richesse de l’expérience montagnarde. Mais je ne prêche que des convaincus.
    Pour finir mon bavardage, je trouve que l’une des richesses de ces rencontres est la grande diversité de nos origines géographiques , sociales , professionnelles…
    Alors voilà, je suis musicien classique professionnel, professeur de flute au conservatoire de Toulouse et soliste…mais aussi tellement montagnard 🙂

    Jean

  4. Bonjour à tous,

    La Trans’Pyr est une bonne source d’inspiration et un guide précieux. Je n’ai parcouru pour le moment que la moitié des Pyrénées en 3 fois, mais à chaque retour je me plonge dans le topo pour mieux préparer l’année suivante.

    Merci à Jean pour son retour très détaillé. Je suis passé également au port de la Bonaigua début juillet et j’ai été surpris par le manque flagrant de balisage dans ce secteur.

    Le vallon de Molière, dans sa partie supérieure (après le refuge exactement) est à réserver aux randonneurs expérimentés, c’est toujours bon de le répéter. La variante au Sud de l’Aneto est certainement préférable pour les novices.

    Vivement 2016 pour la suite. Sans le refuge de Barroude, cela va imposer de repenser le tracé par le balcon de Pineta et la brèche de Tuquerouyre par exemple.

    A bientôt.
    Ludovic

  5. Bonjour,

    Je viens de lire avec intérêt les retours de Jean concernant sa « transpyr ». je projette moi même la traversée des Pyrénées par l’itinéraire de Jérôme avec les mêmes options concernant les hébergements afin moi aussi de rassurer mon épouse et de simplifier l’approvisionnement. Si Jean prend connaissance de ce message accepterait-il de prendre contact avec moi par mail afin que je puisse lui poser quelques questions concernant son périple et profiter de son expérience ?
    Quoiqu’il en soit merci pour ce récit et ces infos qui donnent des fourmis dans les jambes 😉

    Philippe

    • Désolé Philippe, je me suis permis de supprimer votre adresse mail du commentaire, pour cause de protection de la vie privée. Mais Jean peut me contacter et je lui laisserai vos coordonnées… Je peux même faire mieux : je vais prévenir Jean que vous voulez entrer en contact avec lui.

  6. Nous avons entrepris ce superbe parcours en 2014 (17 étapes – Banyuls à Salau) puis 13 étapes l’été dernier (Salau – Gavarnie ). Nous avons hâte de le terminer cette année .Magnifique!
    Un remarque concernant la partie Salau / Refuge des Estagnous: nous avions été pris par le mauvais temps à partir de Port Aula , jusqu’au refuge des Estagnous,. Le sentier a été très difficile à suivre à partir de ce col, car peu marqué et une très mauvaise visibilité dûe à la météo . L’étape a été très très longue . Le gardien du refuge des Estagnous nous a expliqué que ce sentier de votre topo, de Port Aula jusqu’au col de la Pala de Clavera n’était plus entretenu.
    Nous nous sommes dit, après coup , que nous aurions dû rejoindre les Estagnous à partir de Couflens (D+1400m) mais nous ne l’avons pas regretté: cela nous a valu quelques belles rencontres avec les izards du secteur? !!
    Merci Jerôme pour votre aide concernant la cartographie (certaines cartes espagnoles citées dans le topo ne sont plus disponibles)

    • Bravo pour votre périple ! Je comprends votre émotion d’avoir réalisé la section Port d’Aula – Pale de la Clauère par mauvais temps. Ce n’est déjà pas très aisé quand il fait beau… Profitez bien de la fin de votre traversée !

  7. Bonjour Jérome, bonjour les amis !

    Je découvre aujourd’hui le message de Phillipe , n’ayant pas consulté le site depuis longtemps. J’avoue n’avoir rien vu passer !
    Désolé Philippe, j’espère que tout c’est bien déroulé .
    Vous pouvez Jérome communiquer mon adresse Mail à qui la désire pour des renseignements .
    Saison plus calme pour moi cette année dans les Pyrénées en raison de fête familiale. Quelques beaux sommets pour compléter ma collection 🙂 et une jolie boucle sur 5 jours que je recommande : le Pass Aran. Ambiance HRP garantie !
    Je vais maintenant commencer la préparation de TransAlp pour l’été prochain ! Yes !
    Amicalement
    Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *